Pascal Meunier, Vientiane Nouvelle ville chinoise

A partir de 750,00

Ces tirages sont vendus en 15 exemplaires tout format confondu, signés, avec certificat d’authenticité.

40 x 60 cm Edition de 10 exemplaires

60 x 90 cm Edition de 5 exemplaires

Nos tirages sont réalisés par nos partenaires spécialistes des impressions pour galerie. Vous êtes assurés de recevoir un tirage d’exception, imprimé sur les papiers les plus exigeants.

Nos laboratoires partenaires utilisent des encres de dernière génération, qui combinée aux papiers sélectionnés, assurent la longévité de vos tirages.

Effacer

Description

Vientiane Nouvelle ville chinoise

A découvrir dans la revue 6mois dans le n°15. Article Vientiane

Sur les barricades des chantiers, des maquettes futuristes annoncent la couleur. Le projet Vientiane New World-The Glory of Laos métamorphosera bientôt les berges, avec ses tours de verre et ses malls climatisés.

A Vientiane, sur les rives du Mékong, le chant des geckos et des crapauds-buffles est couvert par le vacarme métallique des marteaux-piqueurs. La capitale, longtemps alanguie au bord du fleuve rêve du destin de Singapour. Ailleurs, les grands projets se multiplient : villes nouvelles, barrages hydroélectriques, chemins de fer, culture intensive, développement du tourisme… Le Laos, pays le plus pauvre et le moins peuplé d’Asie du Sud-Est (6,8 millions d’habitants), émerge de quatre siècles de torpeur.

Pascal Meunier, Photojournaliste

Vientiane

Des chantiers titanesques, des casinos, des milliardaires… Ce pays communiste, parmi les plus pauvres de la planète, promet à son peuple un futur triomphant en embrassant l’économie de marché.

Le Laos a donc fait de sa position géographique un atout stratégique et la clé de sa survie. « From landlocked to landlinked » (« d’enclavé à connecté »), est devenu le mantra officiel. Depuis 1986, le Parti révolutionnaire populaire lao a choisi un développement à la vietnamienne : parti politique unique, liberté d’expression très restreinte, mais libéralisation de l’économie. Sa priorité : sortir le pays, dont un tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté, de la liste des pays les moins avancés d’ici à 2020

. Les affiches du coréen Samsung et du chinois Huawei remplacent les panneaux de propagande communiste, qui s’effacent au gré des moussons. Les banques se multiplient le long du boulevard menant au palais présidentiel. Les nouveaux riches se bâtissent des propriétés kitsch avec colonnes surmontées de licornes, coupoles démesurées ou reproductions de statues de l’armée de Xian.

Texte : Zoé Zweig

 

Information complémentaire

Taille

40×60, 60×90